Un spectacle délicat

Enfin de retour après cette période de fêtes et les déboires facebookiens du Tatounoscope ! Nous nous sommes finalement rabibochés, je ne sais comment, le match m’a paru un peu déséquilibré. Bref n’en parlons plus.

Je reviens donc avec une énorme envie de partager car après un mois de décembre aux découvertes parfois sympathiques mais souvent peu convaincantes, la rentrée m’a offert une très jolie surprise. Un bijou de théâtre, loin d’être en toc : les bijoux de pacotilles de et avec Céline Milliat-Baumgartner, mis en scène par Pauline Bureau. C’est cette dernière qui a poussé ma curiosité jusqu’au Théâtre Paris Villette – pas qu’il faille vraiment me pousser pour aller jusqu’à la Villette – ; Deux de ses précédentes pièces (Sirènes et Mon cœur) à la mise en scène impeccable m’avaient particulièrement touchée. Je n’avais pas de souvenir de Céline Milliat Baumgartner pourtant vue au cinéma et le synopsis ne faisait pas planer soyons francs : « Le 19 juin 1985, à 3h30 du matin, une voiture sort de la route à l’entrée du tunnel de St-Germain-en-Laye – et prend feu sur le bas-côté. Les pompiers trouvent dans l’habitacle deux corps carbonisés, enlacés, un homme et une femme… Pour toute trace, ne restent plus de cette nuit là,  qu’une boucle d’oreille en forme de fleur et deux bracelets en métal, noircis par le feu, des bijoux de pacotille qui sont restitués à la famille. Les enfants orphelins n’assistent pas à l’enterrement de leurs parents, ils sont pris en charge puis élevés par une de leurs tantes. » Voilà ! Une soirée pleine de légèreté en perspective.

Eh bien oui, la soirée a été légère, teintée d’émotion bien-sûr mais jamais de tristesse. Le sujet n’a rien d’original me direz-vous mais quand on réalise que la jeune femme sur scène interprète son propre texte et qu’il est autobiographique, tout prend une autre dimension. Céline Milliat Baumgartner a perdu ses parents dans un accident de voiture il y a plus de trente ans, elle n’en n’avait pas neuf. Que veut dire grandir sans parents, se construire en tant que comédienne alors que sa mère était une « graaande et belle actrice, elle ». C’est tout cela qu’elle nous livre pendant 1h15, tout en délicatesse, à très juste distance du sujet, avec un poil d’humour, à peine plus d’ironie et un doux sourire aussi parfois. Et nous aussi on sourit face à cette femme très simple aux allures de fillette et à la voix enfantine. Contrairement à ceux qui se font du souci pour leurs parents vieillissants, elle garde de ses parents un souvenir de personnes jeunes et belles à tout jamais et, si les souvenirs du père sont un peu flous et idéalisés, ceux de sa mère se mélangent avec l’actrice qu’elle peut encore voir dans les films et séries de l’époque. On s’imagine d’autant mieux l’enfant que tout ce qui à trait à « l’avant accident » est dit au présent, l’après au futur.

Tout est précision. La diction, mais aussi la mise en scène. Elle apporte à touches sobres toute une poésie dans laquelle on plonge à la fois avec délectation et nostalgie comme dans notre propre enfance. Là aussi la délicatesse est de mise, la vidéo est utilisée à bon escient comme de la dentelle, elle se fait discrète, réfléchie par un astucieux miroir. La boîte en carton qui ne paie pas de mine se transforme en coffre aux trésors comme par magie et de la magie, il y en a d’ailleurs un tout petit peu pour de vrai. Tout cela est tellement réussi que j’ai vraiment vu le personnage marcher dans les vagues d’une plage de son enfance. De tous les souvenirs, les plus tenaces sont souvent les odeurs et ma gorge s’est serrée à la voir s’asperger du parfum de son père. Comment partager une telle intimité en public ? C’était un pari risqué, c’est réussi, je ne me suis jamais sentie voyeuse.

J’attendais une belle mise en scène, je l’ai eue. Et en prime j’ai découvert une belle comédienne. Je ne peux que conseiller à tous ce spectacle qui ne se donne plus au Théâtre Paris Villette mais qui revient très bientôt au Théâtre du Rond Point.

Les bijoux de pacotille seront au Théâtre du rond-Point du 6 au 31 mars 2018 à 20h30

Aller au Théâtre du Rond-Point 

Le livre « Les bijoux de pacotilles » de Céline Milliat Baumgartner a été publié aux éditions Arléa en 2015.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s