A quoi tient un spectacle

Les soirées à la Philharmonie de Paris se suivent et ne se ressemblent pas (voir l’article sur mon premier oratorio). Le spectacle auquel j’ai assisté hier soir dans la salle des concerts, « Les Gens dans l’enveloppe« , projet joliment concocté par Alex Beaupain et Isabelle Monnin est de nature à me faire retrouver avec plus d’entrain le chemin de la fontaine aux lions.

Tout part d’un livre du même nom écrit par Isabelle Monnin, journaliste et écrivaine, publié en 2015 et que je n’ai pas encore lu. Plus que tout, ce sont les circonstances de la création de ce roman doublé d’une enquête qui m’interpellent ; L’auteure trouve sur Ebay un lot de 250 photos d’une famille inconnue dont une partie de Polaroïds et autres petits formats aux couleurs fanées des années 70. Des photos comme il y en a plein nos placards dans des boîtes à chaussures ou bien rangées dans des albums photo autocollants aux couvertures remplies de tulipes et autres merveilles de la nature. Vous savez, ceux qui permettaient de glisser des photos de toutes tailles entre une feuille de cellophane et une page de carton blanc au lignes de colle horizontales. Sauf que nos photos ne sont pas à vendre et quand bien-même elles le seraient, il est peu improbable que quelqu’un les achète.

Les Gens dans l'enveloppe - Laurence
Les Gens dans l’enveloppe – Laurence

C’est pourtant bien ce qu’Isabelle Monnin a fait en 2012 et ce qu’elle en a retiré est plein d’humanité. Elle écrit d’abord une fiction sans chercher à savoir qui sont les gens de l’enveloppe. Elle fera de la petite fille solitaire des photos de 1978 son personnage principal. Elle l’appelle Laurence. La fiction est bien écrite, la langue me parle et l’idée me touche, moi qui passe mon temps de transports en commun à inventer la vie de mes voisins de métro et de bus. Puis, en s’interdisant de retoucher à la fiction, elle mène l’enquête qu’elle consigne dans un journal et retrouve les vrais gens de l’enveloppe. Le parallèle entre les deux est surprenant, la fiction n’est pas si éloignée de l’histoire de la famille, à un point tel que la petite fille s’appelle réellement Laurence !

C’est sur ce matériau déjà singulier qu’Alex Beaupain – ami proche d’Isabelle Monnin -vient ajouter son talent de compositeur et créer un spectacle un peu inclassable fait de chansons illustrant la fiction, de lectures d’extraits de ce même texte, d’archives sonores enregistrées lors des rencontres avec la vraie famille et de projections de photos choisies de l’enveloppe. Beaux textes de chansons et musiques qui s’écoutent bien dans un décor sobre et sombre où la lumière se fait efficace. On se perd parfois entre la fiction et la réalité qui s’entremêlent et le quatuor à cordes ajoute encore un peu de frisson à cet étrange projet qui n’est pas toujours d’une gaité folle il faut bien le dire. L’émotion est bien là, sans doute aussi grâce au visuel : vu l’âge moyen du public, nous devions être nombreux à reconnaître la banalité de nos propres familles dans les clichés d’époque. Il en ressort aussi plus de générosité que d’un simple « vol » de son et d’images : les vrais gens de l’enveloppe participent au projet en choisissant une chanson qu’ils ont interprétée eux-mêmes (ils ne sont pas sur scène). Il y a dû y avoir quelques heures de travail avec la famille car leurs interprétations sonnent justes.

Je suis plus réservée sur les prestations des actrices/chanteuses, Clara Luciani et Françoise Fabian (qui avait l’air plutôt déboussolée). Clothilde Hesme s’en sort le mieux. On ne peut sans doute pas demander à un spectacle de 3 dates d’être très rôdé et il ressortait de l’attitude de ces trois artistes une impression de « gêne aux entournures » si vous voyez ce que je veux dire. Ce n’était pas du tout le cas des musiciens ni du sympathique Alex Beaupain lui-même au piano (qui s’est fait un peu trop discret à mon goût…).

Un spectacle qui vaut le déplacement. Il n’y a pas de tournée à ma connaissance mais il ne sera jamais trop tard pour acheter le livre « Les Gens dans l’enveloppe » d’Isabelle Monnin accompagné du CD des chansons d’Alex Beaupain désormais publié au Livre de Poche (10,90 eur).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s